Précédent

Retour
Suivant
Joseph L’Heureux 1442-1452
Joseph L’Heureux 1442-1452
 

Maisons Viauville de Reeves
547-555 St Clément
562-572 Théodore    Maison Camille L’Heureux 1904
528-532 Leclaire      Maison Robert Frazer 1904
534-544 Leclaire      Maison Azarie Messier 1904
1442-1446 Viau       Maison Joseph. L’Heureux 1903

Maison : Joseph L’Heureux  1903
1442 à 1446 rue Viau
                       

 

Toutes ces maisons ont un point en commun : c’est l’architecte Charles A. Reeves qui en est le créateur, elles ont toutes été bâties sur le même plan. Il faut remarquer les similitudes entre les maisons, et seulement les quelques variantes qui les différencient. Les points communs sont :

Toutes ces maisons ont en commun leur créateur : L'architecte Charles A. Reeve. Pour cette raison, elles ont toute été bâties sur le même plan. Il faut à cet égard remarquer leurs similitudes qui sont multiples mais noter également les quelques variantes qui les différencient.
En ce qui concernent les points communs, en voici les principaux :

  • la dimension de la maison de trois étages comprenant trois logements,
  • la disposition des ouvertures sur la façade,
  • la pierre de bossage en calcaire grise et le chaînage d’angle en pierre lisse,
  • les trumeaux  entre les deux fenêtres, arrondies pour lui donner un aspect de colonne engagée,
  • le pignon à motif d’éventail,
  • la corniche à motif de palmes,
  • les puises bulbeuses équarries en forme d’oignon.

Pour ce qui est des différences, nous pouvons remarquer que sur certaines maisons, notamment celles de la rue Leclaire et de la rue Théodore, construites la même année, il y a un assemblage de pierres carrées entre les étages, au niveau des double fenêtres de même que sur le côté, que Reeves avait également réalisé dans d’autres projets (voir maison Hamel & Bleau). Seules les maisons plus prestigieuses possèdent ce détail.

Les lucarnes et pignons des autres maisons ont une ressemblance sans avoir les mêmes motifs. À l’origine, les fleurons qui les couronnaient avaient de petites différences et étaient beaucoup plus élaborés qu’aujourd’hui, certains ayant d'ailleurs complètement disparu.

 Notez avec regret que la partie droite de cette maison a perdu son toit à fausse mansarde (a).

A l’origine, les balcons étaient supportés par de belles colonnes ( c ) sur socle ( d ) en bois , qui s’apparentent à celle de la maison de Camille l’Heureux sur la rue Adam.

 

 

a- Mansarde : comble brisé à quatre pans.
b- Lucarne : petite fenêtre percée dans le toit d’un bâtiment.
c- Colonne : support vertical constitué d’un fût de section circulaire et généralement d’une base et d’un
    chapiteau
d-. Socle : base sur laquelle repose un édifice, une colonne, ou qui sert de support à une statue.