Précédent

Retour
Suivant
Robert Fraser 534-544
Robert Fraser 534-544
 

Maison Robert Frazer 1904

Architecte : Charles A. Reeves

Entrepreneur en construction : Walter Reed
534 à 546 Leclaire

Chaînage de titres :

9 novembre 1903
Notaire : René Leroux
Vendeur : Succession Charles Théodore Viau
Acquéreur : Charles Irenée Tellier

8 juin 1904
Notaire : Marie Gustave Écrement
Vendeur : Charles Irenée Tellier
Acquéreur : Walter Reed  entrepreneur menuisier

08 août 1904
Permis  est accordé à Walter Reed de bâtir sur les lots de terre

03 septembre 1904
Notaire : Marie Gustave Écrement
Vendeur : Walter Reed  entrepreneur menuisier
Acquéreur : Robert Frazer  directeur de la  Waston Foster.Co.

04 février 1907
Notaire : Marie Gustave Écrement
Vendeur : : Robert Frazer  directeur de la  Waston Foster.Co.
Acquéreur : Avila Cléroux

Maisons semblables à celle de Robert Frazer
547-555 St Clément            Maison Anselme  Bissonette 1904
562-572 Théodore    Maison Camille L’Heureux 1904
534-544 Leclaire      Maison Azarie Messier 1904
                       

Bâties toutes sur le même plan par l'architecte Charles A. Reeves, ces maisons comportent de nombreuses similitudes, au rang desquelles, on peut noter :

  • la dimension de la maison de trois étages comprenant trois logements,
  • la disposition des ouvertures sur la façade,
  • la pierre de bossage en calcaire grise et le chaînage d’angle en pierre lisse,
  • le meneau entre les deux fenêtres, arrondi pour lui donner un aspect de colonne engagée,
  • le pignon à motif d’éventail,
  • la corniche à motif de palmes,
  • les puises bulbeuses équarries en forme d’oignon.

 

En 1904 Robert Fraser  était Président de la compagnie de papier peint  « Watson & Foster » implantée à Maisonneuve à l’angle des rues Pie IX et Ontario. Ce n'était pas la première maison qu'il se faisait construire dans la ville de Maisonneuve, déjà en 1903 il avait acheté une maison sur la même rue : ( voir rue Leclaire, maison Robert Fraser 1903 ). Sans être un grand spéculateur foncier il était très actif dans le domaine : Son nom revient dans plusieurs transactions immobilières, preuve qu'il récidiva à plusieurs reprises.. Cette maison-ci, comme plusieurs autres, il l’acheta du menuisier Walter Reed lui aussi très productif au début du XXe siècle.

Cette maison, l’une des plus réussies du genre, se détache particulièrement des autres par plusieurs aspects : Premièrement elle est la seule à posséder un parement de pierre bicolore constitué de pierre calcaire grise et de pierre de granite rose. Cette amalgame de couleurs combiné avec le bossage de la pierre lui donne un caractère » Romano-Bysantin » .L’architecte Charles A. Reeves s’inspira en effet beaucoup de ce style au début de sa carrière.

Par ailleurs, les nombreuses puisses ( a ) bulbeuses qui coiffent le couronnement de la maison constituent un autre détail inspiré du même style. À l’origine il y en avait davantage et celles qui subsistent étaient encore plus élaborées.

Les cartouches ( b ) qui ornent le deux pignons ( c ) sont à classer au rang des éléments architecturaux qui différencient cette maison des autres réalisations de l'architecte. C’est fort probablement Robert Fraser qui imposa ce détail car toutes les autres maisons possèdent un motif d’éventail dans les pignons. Ce cartouche s’insère  dans un arc en plein cintre et est taillé dans le granite rose avec l'année d'érection -1904- inscrite bien en évidence en son centre.

À l’origine deux grands escaliers en bois montaient directement face aux deux portes d’entrée des étages. Leur rampe était reliée aux limons  de bois par des supports en fontes de fer, ce qui permet d'affirmer que ces balcons  actuels n’existaient pas.

Exemple de support de  fonte  pour escalier
Exemple de support de fonte pour escalier 

Les balcons du dernier étage étaient supportés par des grandes consoles ( c ) de bois comme toutes les autres maisons que dessina Reeves. Les rampes de ces balcons, munies de petites arches soutenues par des colonnettes, étaient d’un raffinements exceptionnel. Si vous désirez voir à quoi pouvait ressembler ce genre de travail, je vous conseille de consulter les photographies de Harry Richards 1910: (rue Letourneux, maison Hamel & Bleau ).  

Exemple de console qui supportait jadis les balcons du dernier étage
Exemple de console qui supportait jadis les balcons du dernier étage

  • Puise : mot féminin, ornement  décoratif en forment de flèche, vase bulbe, bouteille,   etc.  se trouvant au dessus de la corniche pour donner un aspect théâtral au bâtiment. Aussi appelé « Puise d’énergie ».
  • Cartouche : (mot masculin)ornement sculpté ou dessiné, en forme de carte à demi déroulée et destiné à  recevoir une description, une devise, des armoiries : Encadrement elliptique.
  • Console : organe en saillie sur un mur destiné à porter une charge (réelle ou figurée).