Précédent

Retour
Suivant
Azarie Messier 528-532
Azarie Messier 528-532
 

Maison : Azarie Messier  1904

Architecte : Charles Aimé Reeves
Entrepreneur en construction : Walter Reed
528 à 532 Leclair

Chaînage des titres :
13 août 1903
Notaire : René Leroux
Vendeur : succession Charles Théodore Viau
Acquéreur : Azarie Messier,  journalier de métier

08 août 1904
permis est accordé à : Walter Reed de bâtir sur les lots de terre

13 septembre 1906
Notaire : Édouard Desrochers
Vendeur : Azarie Messier  résidant au 22 4e avenue ( Leclaire) Maisonneuve
Acquéreur : Louis Rouselle  peintre en bâtiment

Maisons semblables à celle de Azarie Messier
547-555 St Clément            Maison Délima Bissonette 1904
562-572 Théodore     Maison Camille L’Heureux 1904
528-532 Leclaire       Maison Robert Frazer 1904
534-544 Leclaire       Maison Azarie Messier 1904
                       

Toutes les maisons mentionnées ci-dessus ont un point en commun : c’est l’architecte Charles A. Reeves qui en est l’auteur. A part quelques points les différenciant, ces maisons, bâties toutes sur le même plan, possèdent de nombreuses similitudes :

  • la dimension de la maison de trois étages comprenant trois logements,
  • la disposition des ouvertures sur la façade;
  • la pierre de bossage en calcaire grise et le chaînage d’angle en pierre lisse;
  • le meneau entre les deux fenêtres, arrondi pour lui donner un aspect de colonne engagée;
  • le pignon à motif d’éventail;
  • la corniche à motif de palmes;
  • les puises bulbeuses équarries en forme d’oignon.

Bien que habituellement c'était les notables où les commerçants qui accédaient facilement à la propriété, ce fut Asarie Messier, un simple ouvrier, qui en 1904 se porta acquéreur de cette maison. Dans toutes mes recherches, il reste l’un des rares à accéder à la propriété sans être ni un notable ni un commerçant et encore moins un personnage influant dans Maisonneuve. Auparavant il résidait sur la rue Letourneux au sud de la rue Notre Dame; à la même époque l’architecte de cette maison résidait lui aussi sur la rue Letourneux mais au nord de la de la rue Notre Dame. Peut-être le bon voisinage aura permis à Azarie Messier de réaliser le rêve de tout ouvrier de l’époque et enfin devenir propriétaire?.

Cette Maison était de 1904 jusqu'en 1972 jumelée à une maison semblable, mais malheureusement pour sa voisine cette dernière disparût sous le pic des démolisseurs.

À  l’origine l’escalier était  large et droit, il montait directement devant les deux portes du premier étage sans avoir de balcon. Les deux rampes de l’escalier étaient supportées par des éléments en fonte de fer.

Support pour rampe d’escalier en fonte de fer. Maison Jacques St Père rue Viau
Support pour rampe d’escalier en fonte de fer.
Maison Jacques St-Père rue Viau

Le balcon du dernier étage était supporté par quatre grandes consoles ( a ) elles aussi en bois. Malheureusement aucune de ces maisons n'a conservé ces éléments pourtant fort intéressants. Admirez le détail élaboré des rampes dont les barreaux regroupés et surmontés de petites arches  formaient une arcature bien élaborée !.

Le travail soigné de la pierre surtout entre les fenêtres des étages est caractéristique de l’architecte. Sur cette maison il a utilisé une pierre bouchardée ( b ) bien carrée qui rompt avec la monotonie de la forme rectangulaire. Dans d’autre maison cette pierre carrée est  de bossage  ou polychrome comme sa voisine construite en même temps par le même entrepreneur.

Le léger avant-corps ( c )   latéral se termine en pignon dont le décor sculpté dans la pierre nous laisse apparaître un motif éventail. Ce motif était au début de vingtième siècle très en vogue et Reeves l'a beaucoup utilisé dans ses réalisations.

Nous pouvons admirer aussi sa corniche et ses lucarnes ( d ) qui jadis se terminaient par des fleurons ( e ) et de long mats . L’architecte terminait la toiture de nombreuses puises ( f ) aux formes bulbeuse d’inspiration byzantine. Quant à la girouette, elle n’est pas d’origine mais donne un certain cachet à la maison !

a- Console : organe en saillie sur un mur destiné à porter une charge(réelle ou figurée)
b- Boucharde : marteau de tailleur de pierre avec deux têtes dotées de pointes de diamant. Bouchardée : travaillée à la boucharde
c- Avant-corps : partie d’un bâtiment, en avancée sur l’alignement de la façade, correspondant ou non à un corps de bâtiment distinct.
d- Lucarne : petite fenêtre percée dans le toit d’un bâtiment.
e- Fleuron : ornement en forme de fleurs ou de bouquets de feuilles stylisées; ornement sculpté qui couronne un galbe, un pignon.
f- Puise : mot féminin, ornement  décoratif en forment de flèche, vase bulbe, bouteille, etc  se trouvant au dessus de la corniche pour donner un aspect théâtral au bâtiment.