Précédent

Retour
Suivant
Joseph Riendeau 1477-1485
Joseph Riendeau 1904    1457-1465
 

Maison : Joseph Riendeau fils  1904
Architecte :  Charles Aimé Reeves

Chaînage des titres

23 août  1906
Notaire : J.R. François Beaudry
Vendeur : Joseph Riendeau fils ,  marchand de bois
Acquéreur : Oscar Sénécal, avocat  de Montréal
Achat d’une maison avec cinq logements

05 mars 1921
Notaire : Norbert Brunet
Vendeur : Oscar Sénécal, avocat
Acquéreur : J. Arthur Couture,  Notaire résidant 428 Boul.  Pie IX
Achat d’une maison avec cinq logements
Prix de la vente : $22000.00

 

Le 28 octobre 1904, Joseph Riendeau fils vend à Dame Adeline Contant sa maison voisine ( Hamel & Bleau ) qu’il avait faite bâtir en 1899. Il est fort probable que cette maison-ci fut bâtie pendant l’année 1904. Malheureusement aucun document n’a pu être trouvé avant cette date.

Joseph Riendeau fils avait fondé un commerce de bois de construction avec Lévi Tremblay sous le non de TREMBLAY & RIENDEAU. La place d’affaire se trouvait au 444 Boul. St-Laurent  près de la rue Ontario. La cour à bois, elle, se situait entre les rue Ste-Catherine & Adam, Bennett & Aird.

#1
Tremblay & Riendeau sue la rue Ste Catherine
Tremblay & Riendeau sue la rue Ste Catherine

Photographe Harry Richards  1910
A.H.H.M.

Lévi Tremblay, n’était pas un inconnu à Maisonneuve. Il était charpentier avant d’être commerçant. Il acheta et vendit nombres de terrains et devint Échevin de la Ville avec le Maire Alexandre Michaud.

Ce n’est certes pas un hasard si cette maison ressemble quelque peu à sa voisine de  droite! Comme je l’ai mentionné précédemment, Joseph Riendeau résidait dans la maison voisine avant de faire bâtir celle-ci. Tandis que son père habitait l’un des logements du rez-de-chaussée lui habitait l’autre. Nous pouvons supposer que c’est dans un souci de plus grand confort qu’il se fit bâtir celle-ci semblable à la première mais, comble du luxe, avec eau courante, cabinet de toilette intérieur et électricité! Le jardin qui se trouvait du côté gauche de cette maison était fermé par une haute palissade de bois et comportait un kiosque à l’intérieur. Ce n’est qu’en 1921 que la maison de gauche fut construite sur ce jardin.

Au moment de sa construction, deux autres maisons du même modèle ce construisaient soit : la maison Stanislas Girouard sur la rue Ste-Catherine près de la rue Aylwin et la maison J. Oscar Aylen sur la rue Orléans au sud de la rue Ontario. Tous sont du même Architecte : Charles Aimé Reeves qui en 1904 résidait sur la rue Letourneux au nord de la rue Notre-Dame.

Cette maison est la mieux conservée de toutes et ceci est probablement dû aux soins prodigués par ses différents propriétaires. Et à regarder les différentes photographies, nous nous apercevons qu’elle na pas beaucoup changé pendant ce siècle.

Construite sur une structure de bois, la façade est lambrissée de pierre calcaire grise  dont la provenance est peut-être de la carrière de Maisonneuve qui était située angle Pie IX & Rosemont. Les autres murs sont eux lambrissés de brique d’argile commune.

 #2
Carrière Maisonneuve
Carrière Maisonneuve
Photographe Harry Richards 1910
A.H.H.M.

Les deux avant-corps latéraux se terminant par des pignons coiffés par des puises ( a ) bulbeuses donnent tout le rythme à cette façade. Le Brisis ( b ) de la toiture recouvert de tuiles d’ardoise grises et de tuiles rouge aux formes variées, ceci permettant une fantaisie de style tout à fait Victorien (1837-1901). Ses pignons à l’origine se terminaient par de haut mâts qui transperçaient le ciel  .

Les deux escaliers étaient à l’origine en bois et montaient à l’étage en deux volées
 ( c ). Bien que les très belles colonnes ( d ) toscanes en bois soient  anciennes , je doute qu’elles soient d’origines! En effet toutes les maisons que Charles A. Reeves a conçues avec des colonnes possédaient un socle, à la base duquel. reposait la colonne et non directement sur le sol du balcon. Les rampes actuelles des trois balcons en métal ne sont pas non plus d’origines car à cette époque cet Architecte travaillait les balcons avec uniquement du bois. 

 

a- Puise : mot féminin, ornement  décoratif en forment de flèche, vase bulbe, bouteille, etc. se trouvant au dessus de la corniche pour donner un aspect théâtrale au bâtiment. Aussi appeler « Puise d’énergie ».

b- Brisis : versant inférieur d’un toit

c- Volée : partie d’un escalier qui s’élève d’un palier à l’autre.

d- Colonne : support vertical constitué d’un fût de section circulaire et généralement d’une base et d’un chapiteau.