Précédent

Retour
Suivant
Napoléon Favreau 1814-1824
Napoléon Favreau 1814-1824
 

Maison :Napoléon Favreau 1905
1814-1824 rue Lasalle

La chaîne des titres

17 mars 1875
Notaire : Archambeault
Partage des lots de terre entre les co-propriétaires

04 février 1902
Permis est accordé à Napoléon Favreau de bâtir sur ces lots de terre

14 février 1902
Notaire;Victor Morin
Vendeur: Charles Henri Letourneux, marchand de Montréal
Acquéreur : Napoléon Favreau, journalier résidant au 583 rue Notre Dame à  Maisonneuve
Achat de deux lots de terre sans maison
Prix de la vente : $800.00

04 juin 1914  décès de Napoléon Favreau

23 août 1923
Notaire :J.A. Henri Dequoy
Vendeur : Dame Anatolie Jodoin , veuve de  Napoléon Favreau en son vivant menuisier
Acquéreur; Léopold Maill, conducteur de chars résidant au 2923 rue Adam à Montréal
Achat d’une maison
Prix de la vente : $7000.00


Il existe un doute raisonnable  en ce qui concerne la date de construction de cette maison. Au cours de mes recherches dans les archives de la ville de Montréal, j’ai découvert un premier permis délivré au journalier  Napoléon Favreau le 04 février 1902  mais chose étrange  un deuxième permis fût également  délivré au menuisier Alphonse Dansereau le 22 septembre 1905. Après de longues recherches et d'intenses réflexions sur l'existence de ces deux permis, j'en suis venu à la conclusion que, puisque, selon le LOVELL DIRECTORY, cette maison existait bien en 1905 mais pas avant cette date. Napoléon Favreau aurait demandé un permis en 1902 sans avoir fait construire sa maison. C’est finalement  en 1905 qu’il demanda  au menuisier Alphonse Dansereau de bâtir cette maison.

La belle symétrie obtenue par le percement des différentes ouvertures et la disposition des escaliers est assez intéressante. Mais ce qu’il y a de plus magnifique sur cette façade  ce sont les beaux balcons en bois soutenus par des pilastres ( a ) qui donnent tout le charme à cette maison. Imaginez un seul instant que ces balcons soient en métal au lieu de bois ,ainsi  la façade serait dénudée et disparaît alors toute l’élégance de la maison comme c'est malheureusement le cas pour bien d’autre actuellement dans Montréal. Bien qu’ils ne soient pas d’origine, ces balcons donnent toute l’élégance et ponctuent  le rythme architectural.  En 1905  les balcons n’étaient pas  de la même dimension sur tous les étages; ceux du rez-de-chaussée étaient plus longs que ceux du premier et ceux du dernier étage étaient encore plus étroits. Il existe beaucoup de maisons dans le quartier construites par Alphonse Dansereau  dont celle de son frère : François Xavier sur la rue Adam ( voir : catalogue, maison Xavier Dansereau) bâties sur le même modèle. C’est probablement Léopold Maille qui fit changer ces balcons vers 1925 pour notre plus grand bonheur.

En terminant, le chaînage harpé ( b )en pierre bouchardée faisant le lien  entre les deux maisons est  mis  bien en évidence au centre du bâtiment le laissant seul sans aucun autre artifice . Au sommet de la maison, une simple corniche (c ) de bois soutenue par des consoles ( d ) couronne le tout.

a- Pilastre : pilier aux pans carrés rappelant la colonne. (très utilisé à Montréal).

b- Chaînage harpé : chaîne de pierres d’attente en saillie, servant au raccord d’une construction voisine.

c- Corniche : partie saillante qui couronne un édifice; par extension ornement en saillie d’un meuble d’un plafond.

d- Console : organe en saillie sur un mur destiné à porté une charge(réelle ou figurée).