Précédent

Retour
Suivant
Joseph Théophile Legault 1681-1685
Joseph Théophile Legault 1681-1685
 

Maison Joseph Théophile Legault 1915
1681-1685 rue Lasalle

La chaîne de titres :

10 janvier 1913
Notaire : J. Lonergan
Vendeur : Henri Audette
Acquéreurs :
Joseph Ovila Dufour,  marchand-tailleur
François Xavier Charles Bélanger,  marchand, 400 rue Pie IX
Joseph Armand Patenaude,  médecin, 73 rue Lafontaine, Cabinet 593 Lasalle
Alcide L. Larose,  dentiste,  616 rue Adam, Cabinet , 595 rue  Adam
Adrien Vanier,  marchand,  cordonnier,  591 rue Notre Dame, Maisonneuve
Jean Marie Pellerin, médecin,  426 rue Pie IX
William Gagnon, hôtelier , 595 rue Notre Dame, Maisonneuve

30 octobre 1913
Notaire : Joseph Hector Rosario Messier
Vendeurs :
Joseph Ovila Dufour,  marchand-tailleur,
François Xavier Charles Bélanger,  marchand, 400 rue Pie IX
Joseph Armand Patenaude,  médecin, 73 rue Lafontaine, Cabinet 593 Lasalle
Alcide L. Larose,  dentiste,  616 rue Adam, Cabinet , 595 rue  Adam
Adrien Vanier,  marchand,  cordonnier,  591rue Notre Dame, Maisonneuve
Jean Marie Pellerin, médecin,  426 rue Pie IX
William Gagnon, hôtelier , 595 rue Notre Dame, Maisonneuve

Acquéreur : Joseph Théophile Legault,  Notaire, 361 rue Lasalle
Achat de deux lots de terre dont la maison voisine en brique avec façade de pierre : 421-423 rue Lasalle
Prix de la vente : $ 10 000,00

31 janvier 1949
Notaire : Elvin Legault
Vendeur : Joseph Théophile Legault, Notaire
Acquéreurs : Mlle. Rita Legault & Mlle. Edna Legault
Achat d’une maison de trois étages
Prix de la vente :$ 9500,00

07 décembre 1982
Notaire : Elvin Legault
Vendeur : Dame Rita Legault,  retraitée, domiciliée au 1681 rue Lasalle
Acquéreur : Me Élizabeth Beaudoin, Notaire, domiciliée au 231 Riverside Drive  St Lambert
Achat de la moitié indivise de la maison

07 mai 1987
Notaire : Claude Champagne
Vendeur : Dame Rita Legault,  retraitée, domiciliée au 1681 rue Lasalle
Acquéreur : Me Élizabeth Beaudoin, Notaire, domiciliée au 1683 rue Lasalle
Achat de l’autre moitié indivise de la maison.


Né à St Joseph du lac, Me. J. Théophile Legault (1879-1956), fit son cours classique au séminaire de Ste Thérèse  et  obtint son diplôme de notariat  le 17 juillet  1904. L’année suivante, il convola en justes noces avec Élizabeth Melloy et de cette union naquirent cinq enfants dont les trois premiers épousèrent la profession de leur père : l’aîné, J. Théophile  en 1906, suivi de Elvin en 1908 et de Rita en 1912. Celle-c i fut l’une des premières femmes au Québec à être admise au notariat.  En 1914 naquit Edna, qui occupa pendant longtemps le poste de secrétaire du cabinet Legault & Legault  et  finalement  en 1916, Ruth, qui elle, choisit la médecine et fut pédiatre à l’hôpital Ste Justine de Montréal. 

Alors qu’il était encore  jeune notaire, Joseph Théophile Legault,  fit l’acquisition  en 1914 de l’étude de son confrère Marie Gustave Écrement ( voir : catalogue, rue Letourneux maison Marie Gustave Écrement & rue Lafontaine maison Marie Clara Blondin. ).

Par un heureux  hasard, l’orgue CASAVANT fut installé dans l’église Très-Saint- Nom-de-Jésus, l'année même de la construction de la maison de J.T. Legault. C’est lui qui en fut le premier titulaire; tous les dimanches et surtout les grands jours de fête, on pouvait le voir dans le jubé de l’église exercer ses talents d’organiste. C’est sans doute  monsieur le curé qui lui demanda de louer le premier étage de sa maison à la SOCIÉTÉ ST VINCENT DE PAUL; ce local  servit à des rencontres paroissiales pendant près de 10 ans.

C’est à cette époque  aussi  que la ville de Maisonneuve  se développait rapidement. Le nouvel hôtel de ville était  déjà construit;  le marché public,  le bain Morgan  et la caserne de pompier #1 allaient être érigés en 1914. Les terrains disponibles à la construction commençaient à se raréfier. C’est dans ce contexte qu’un groupe d’hommes avertis, résidant tous dans Maisonneuve,  décidèrent de s’associer pour acheter les meilleurs terrains encore disponibles afin de les revendre ultérieurement avec profits. La majorité de ces terrains se retrouvait sur les rues Aird, Bennett et Lafontaine.  Parmi ces "hommes avertis" figurait le commerçant Charles Bélanger qui était aussi échevin de la Ville dans l’équipe du maire Alexandre Michaud.

Ce terrain-ci était le dernier encore disponible sur cette rue, entre les rues Adam et Lafontaine. Comme nous pouvons le voir sur la chaîne de titres, le jeune notaire acheta aussi  la petite maison de gauche qui fut construite, elle,  en 1910. Le rez-de-chaussée était loué, à l’époque, à l’ingénieur de la Ville de Maisonneuve, Marius Dufresne, celui-là même qui fit construire avec son frère Oscar  le CHÂTEAU DUFRESNE.                

Il est difficile aujourd’hui d’imaginer  à quoi ressemblait cette maison étant donné les nombreuses transformations  apportées au cours des décennies, mais heureusement pour nous, une photographie ancienne nous aide à mieux   comprendre.

La rue Lasalle vers 1935
La rue Lasalle vers 1935. Photographie prise à partir d’un balcon de L’ASILE DES FRÈRES DES ÉCOLES CHRÉTIENNES.
Photographie gracieuseté de Me. Élizabeth Beaudoin

Sur cette photographie, nous voyons que la façade de la maison était lambrissée non de pierre calcaire mais de  pierre artificielle dite coade (a) . Ce matériau était certes  populaire car, tout en imitant la pierre, il était moins cher. Cependant il était moins résistant aux intempéries et il suffit de regarder les différents bâtiments qui, à ce jour sont encore lambrissés avec ce matériau, pour constater les dommages.  C’est pourquoi il fut entièrement enlevé en 1982 pour être remplacé par de la brique non cuite de la même couleur, seuls les allèges et les linteaux continuèrent à être  taillés dans de la véritable pierre. 

Il faut admirer la magnifique galerie en bois soutenue par des pilastres (b) et surmontée d’un fronton (c) légèrement  galbé au rez-de-chaussée. Les balcons des étages étaient, eux aussi, en bois mais d'apparence beaucoup plus sobre.

Vitrail de l’imposte de la porte d’entréeVitrail de l’imposte de la porte d’entrée.

Seul le portique du rez-de-chaussée est demeuré intacte. Nous y découvrons deux belles portes en bois, garnies  d’un fin bandeau d’oves et de dards (d) et pourvues en leur centre du monogramme du notaire.  Au dessus de ces portes, l’imposte (e), récemment restauré par un verrier du quartier, est orné d’un vitrail (f) où l’on peut lire « J.Théo. Legault  notaire »  . Une fine corniche (g ) crénelée en fer embossé couronnait jadis  la maison, mais le plus surprenant était la magnifique toiture conique recouverte de tuiles d’ardoise qui surplombait l’oriel de droite de la façade. Remarquez la base garnie de frontons (c) entrecoupés de puises (g)  en forme  de pots à feu ainsi que le sommet doté d’un long mat s'élançant dans le ciel  . 

Cette maison n’est pas sans rappeler la maison que fit construire André Bernier en 1914 à l’angle des rues Adam et Jeanne d’Arc (voir : rue Adam, maison André Bernier). Il ne serait pas surprenant que l'entrepreneur ait utilisé les mêmes plans pour ces deux maisons.

J’aimerais finalement souligner que cette maison appartient actuellement à   Me. Élizabeth Beaudoin  la petite fille de J. Théo Legault qui, tout comme son grand-père, est aussi notaire ! Fait assez rare dans le quartier, depuis sa construction, cette maison est toujours restée dans la famille.

a- Pierre coade : pierre artificiel.

b- Pilastre : pilier aux pans carrés rappelant la colonne.

c- Fronton : couronnement d’un édifice ou d’une partie d’édifice consistant en deux éléments de corniche  oblique, ou d’ une corniche courbe, se raccordant à la corniche de l’entablement.

d- Ove : ornement en forme d’œuf utilisé en architecture, en orfèvrerie, souvent accompagné de lancettes ou de dards.

e- Imposte : Partie supérieure d’une fenêtre ou d’une porte (fenêtre mobile ou fixe au dessus de la porte).

f- Vitrail : panneau constitué de morceaux de verre colorés, assemblés pour former une décoration,

g- Puise : mot féminin, ornement  décoratif en forme de flèche, vase bulbe, bouteille, se trouvant au  dessus de la corniche pour donner un aspect théâtral au bâtiment . Aussi appeler« Puise d’énergie.