Précédent

Retour
Suivant
Résidence Stanislas Girouard 3494-3498
Résidence Stanislas Girouard 3494-3498
 

Maison Stanislas Girouard, 1904
Architecte: Charles Aimé Reeves ( 1872-1942 )
3494-3498 rue Ste Catherine

Cette sobre et noble maison fut construite pour Stanislas Girouard, qui fût en son temps un prospère épicier du quartier d’Hochelaga. Son épicerie était située sur la rue Dézéry, au coin de la rue Adam. Il habitait à l’étage comme c’était  l’habitude pour les petits commerçants.

Stanislas Girouard acheta ce terrain ainsi que les deux terrains voisins le 11 avril 1902. Il demanda et obtint son permis en 1904 (semaine #28 permis 694)1. C’est l’architecte Charles A. Reeves qui conçut les plans et devis de cette maison, ainsi que ceux de sa voisine. Cet architecte avait son atelier tout près de la rue Ste-Catherine (entre Cuvillier & Davidson). Comme c’est le cas pour plusieurs maisons de Charles A. Reeves, c’est Walter Reed qui fût choisi pour construire cette maison.

Quand nous regardons cette maison, deux éléments nous charment, et en premier lieu sa très belle corniche ( a ) de bois ouvragée parcourant la façade principale ainsi que le côté de la maison. Cette corniche de bois est l’une des plus belle et des mieux conservée du quartier. Les corbeaux ( b )et surtout les festons ( c )sont remarquables. C’est ensuite son oriel ( d ), à gauche sur la façade, qui monte sur deux étages pour ce terminer par un balcon au niveau du troisième.

Ces logements possédaient tout le confort dont on pouvait rêver à l’époque: de grandes pièces fort bien fenêtrées et accueillant la lumière naturelle, le chauffage au gaz dans toutes les pièces, l’éclairage électrique et surtout l’eau courante avec salle de bain complète, très rare à l’époque dans le quartier.  En 1906 c’est la veuve d’un juge en chef de la Cour Supérieure du Québec qui loue le logement du deuxième étage pour $300.00 par an alors que la majorité des logements de six pièces dans le quartier se louaient $96.00. Seuls les plus fortunés pouvaient se permettre ce type de logement. Bien sûr, il y avait beaucoup de grands logements, mais rares étaient ceux possédant un tel confort.

Il y a à peine quelques années encore, on pouvait admirer sur les plafonds du salon et de la salle à manger du deuxième étage un magnifique décor peint de chérubins tenant rubans et festons. Malheureusement, le tout fût depuis recouvert d’une couche de peinture blanche.

a-Corniche : partie saillante qui couronne un édifice; par extension ornement en saillie d’un meuble d’un   plafond.
b- Corbeau : élément encastré, à une ou plusieurs assises, en saillie sur un mur pour supporter un   encorbellement.
c- Feston : ornement représentant une guirlande de fleurs et de feuilles liées en elles.
d- Oriel : ouvrage vitré en générale en surplomb, formant avant-corps sur la hauteur de  plusieurs étages;  fenêtre en encorbellement qui fait saillie dans la surface.(généralement   confondu avec le »Bay- window ».

1  CHARLES A. REEVES 1872-1942 Pierre Desjardins  Atelier d’Histoire de Pointe aux Tremble 2002