Précédent

Retour
Suivant
Ferdinand Vinet 1845
Ferdinand Vinet 1845
 

MAISON : Ferdinand Vinet 1899
1845 Boulevard Pie IX

La chaîne de titres :

06 juillet 1897
Notaire : Dumouchel
Vendeur : Alphonse Desjardins, avocat de Montréal
Acquéreur : Adolphe Duperrault, commerçant & agent d’immeuble résidant au , 1269 de la rue St Denis à  Montréal
Achat de plusieurs lots de terre sur les rues Pie IX & Desjardins

14 juin 1998
Notaire : Joseph Édouard Cormier
Vendeur : Adolphe Duperrault, commerçant de Montréal
Acquéreur : Théophile Leclaire, entrepreneur & menuisier,  résidant à  Montréal
Achat d’un lot de terre sans bâtisse
Prix de la vente : $425.00

27 février 1899
Notaire : Joseph Édouard Cormier
Vendeur : Théophile Leclaire, entrepreneur & menuisier , de Montréal
Acquéreur : Ferdinand Vinet, commis de poste , résidant au, 404 rue Pie IX  à  Maisonneuve
Achat d’un lot de terre  sans bâtiment
Prix de la vente : $650.00

20 septembre 1899
Notaire : Camille Paquet
Prêteuse : Dame Mary Susan Woodman, veuve William Annolt,
Emprunteur: Ferdinand Vinet, commis de poste, de Maisonneuve
La somme de : $2000.00
Donne en garantie un lot de terre avec une maison en construction  sur la rue Pie IX

15 février 1907
Notaire : J.A. Henri Dequoy
Locateur : Ferdinand Vinet, commis de poste, résidant au , 423 rue Pie IX à  Maisonneuve
Locataire : Édouard Pratte, , résidant au , 45 rue Desjardins à Maisonneuve
Location du  logement du haut portant le # 425 de la  rue Pie IX  à Maisonneuve
Prix mensuel de loyer  : $17.00


Il est difficile pour un passant d'imaginer ce que cette maison, aujourd'hui de trois étages, fût jadis car elle n'a pas toujours eu cet aspect, bien au contraire. En effet, lors de sa construction en 1899, elle ne possédait qu'un rez-de-chaussée et un étage.  En regardant attentivement la façade et surtout le côté droit au niveau de l’étage nous pouvons facilement apercevoir la ligne de démarcation délimitant l’ajout du dernier étage.

Voici à quoi devait ressembler sensiblement la maison à la fin du XIXe siècle.
Voici à quoi devait ressembler sensiblement la maison à la fin du XIXe siècle. Cette photographie n’est qu’une hypothèse et non un document d’archive, elle ne sert qu'à aider à la compréhension de sa façade.

Il faut surtout se rappeler qu’à la fin du X!Xe siècle, toutes les résidences sur cette rue avaient à peu près les mêmes dimensions, avec un rez-de-chaussée lambrissé de brique et un étage sous un toit à fausse mansarde. Ce qui n’était pas un hasard puisqu’elles appartenaient presque toutes à la famille d'Alphonse Desjardins et que ce dernier  possédait une briqueterie ( MONTREAL TERRA COTTA CO. ) située à l’angle des rues Desjardins & Pierre de Coubertin. C’est son fils aîné :  Hubert Desjardins qui en était le président et évidement lui aussi résidait sur la rue Pie IX.

Cette maison-ci ainsi que sa voisine de gauche( voir catalogue, rue Pie IX maison Pierre Damase Riopel ) furent construite la même année et furent les premières à posséder une façade en pierre sur cette rue. Il est possible que ce soit le menuisier et entrepreneur en construction Théophile Leclaire qui les ait bâties toutes les deux en même temps.

Sur cette façade, c'est en premier lieu l'oriel ( a ) montant sur deux étages qui attire notre attention. À l’origine il était coiffé d’une haute toiture conique surmontée d’une flèche.

Fait inhabituel pour une maison à logements, il n'existe qu'une unique porte d’entrée pour les deux logements, alors qu’à l’époque on construisait une porte distincte pour chaque logement. Ici le portique est  inséré dans un arc à anse surbaissée  ( b ), et la  porte s’ouvre sur un petit vestibule ( c ) qui nous mène aux différents logements.

La longue galerie construite au milieu du XXe siècle qui dépareillait la façade a heureusement disparu récemment redonnant ainsi à la maison ses proportions d’origines.

Même avec un étage en plus, cette maison  s’intègre assez bien dans la trame urbaine du boulevard  Pie IX.

Voici une carte postale de la rue Pie IX prise vers 1911.
Voici une carte postale de la rue Pie IX prise vers 1911. La flèche à gauche indique la Maison Ferdinand Vinet  avec la haute toiture conique qui se prolonge au-dessus de l’oriel.

Archive : A.H.H.M. don de M. Allan Koury

a- Oriel : ouvrage vitré en générale en surplomb, formant avant-corps sur la hauteur de plusieurs étages;  fenêtre en encorbellement qui fait saillie dans la surface.(généralement confondu avec le »Bay- window ».

b- Arc Surbaissé : arc dont la hauteur est inférieure à la moitié de la largeur.

c-   Vestibule : pièce d’entrée d’un édifice, d’une maison.