Précédent

Retour
Suivant
Oscar Dufresne 1838
Oscar Dufresne 1838
 

Maison : Oscar Dufresne 1907
1838 boulevard Pie IX

La chaîne de titres :

31 décembre 1890
Notaire : Raoul Dumouchel
Vendeurs : Hon. Alphonse Desjardins, avocat, Dame Zaïde Parée, l’abbé Joseph Jacques Alphonse Desjardins, jésuite.
Acquéreurs : Jean Baptiste .Octave  Hubert Desjardins, Marie Pia Auria Desjardins & Marie Louise Alphonsine Virginie Desjardins
Achat de plusieurs lots de terre

14 avril 1903
Notaire : Louis Dumouchel
Vendeurs : Dame Marie Pia Auria Desjardins, épouse de L.J.Morin, avocat & Dame Marie Louise Alphonsine Virginie Desjardins épouse de William E. Morin, avocat & Jean Bte. Hubert Desjardins, gérant
Acquéreur :Oscar Dufresne, gérant de manufacture
Achat de trois lots de terre et d’un cottage de bois lambrissé de brique
Prix de la vente : $ 1850.00

18 septembre 1907
Notaire; F. Samuel McKay
Emprunteur : :Oscar Dufresne, gérant de manufacture
Prêteur : ROYAL TRUST COMPAGNY
Emprunt de la somme de : $5000.00

17 décembre 1917
Notaire; René Rivest
Vendeur; :Oscar Dufresne, gérant de manufacture
Acquéreur : : Louis Larue,  tavernier , résidant au 561 rue de la Salle angle Ontario
Achat d’une maison en brique et pierre

27 juillet 1922
Notaire : Wilfrid Labonté
Vendeur : Louis Larue,  tavernier domicilié au # 444 Boul. Pie IX
Acquéreur : Gustave Marin, avocat , résidant au 151 rue Adam à Montréal
( il loue un appartement chez Alphonse Gratton ) angle nord/ouest  Sicard
Achat d’une maison en brique et pierre
Prix de la vente; $ 14500.00


Je ne m'étendrai pas longtemps sur la vie et les nombreuses réalisations de Oscar Dufresne car s'il est un personnage connu à Maisonneuve, c'est bien lui ! En revanche je vous invite à visiter ce site : www.chateaudufresne.com  qui répondra mieux que moi à vos questions.

Fils de Thomas Dufresne et de Victoire DuSault, Oscar naquit à Yamachiche en 1875 et décéda à Montréal en 1936. Son Père, cordonnier, fonda avec Ralph Locke , l’entreprise Dufresne & Locke située à  l’angle nord/est des rues Ontario & Desjardins. Par la suite c’est Oscar qui reprit les rennes de l’entreprise.

Ce n’est pas un hasard s’il décida d’acheter ce terrain à la famille Desjardins. Déjà en 1901 il co-signait le permis de construction de la maison voisine, celle de Ralph Locke & Thomas Dufresne ( voir : rue Pie IX, maison Ralph Locke ).  Nous voyons sur la chaîne de titres que lors de l’achat des trois  terrains il est spécifié qu’il y avait également un cottage, lequel n’était pas construit sur ce terrain mais à gauche de celui-ci. Ce bâtiment est fort probablement l'un des dix cottages bâtis par la famille Desjardins à la fin du XIXe siècle.

Oscar Dufresne Échevin de la Cité  de Maisonneuve de 1909-1915
Oscar Dufresne Échevin de la Cité  de Maisonneuve de 1909-1915
Photographie vers 1910
A.H.H.M.

Cette imposante maison de style Édouardien d’inspiration Renouveau Classique est un modèle que l’on retrouve  dans certaines  villes britanniques et canadiennes. À Montréal nous pouvons en admirer quelques variantes sur la rue Sherbrooke et davantage encore dans la ville de Westmount mais à Maisonneuve c’est l’un des rares exemples de ce style à avoir été érigé.

Ce qui la caractérise et la différencie des autres maisons du voisinage, c’est son implantation au sol.  Ici il n’y a pas de rez-de-chaussée proprement dit mais un PIANO NOBILE  ( a ) qui à pour spécification de garder une intimité particulière aux pièces d’apparat comme la salle à manger et le salon, mais également de les soustraire aux regards indiscrets des passants .

Cette demeure n’est, par ailleurs, pas construit avec une charpente de bois comme la majorité de ses voisines mais édifiée avec trois épaisseurs de brique d’argile. Sa belle  façade est  lambrissée de pierre calcaire lisse au niveau des étages et en  pierre bouchardée ( b ) pour  l’entresol .

La petite porte de cet entresol est somme toute fascinante. Généralement dans les maisons bourgeoise, cette porte était l’entrée des fournisseurs et des domestiques mais ici elle constituait l’entrée des bureaux de la DUFRESNE CONSTRUCTION , sans doute la raison pour laquelle elle à été avantagée de la sorte. Admirons également la marquise ( c )  à arc en anse de panier ( d ) soutenue par de lourde chaînes en fer fixées aux murs par des crochets 
à motif  de tête de lion .

Détail de tête de lion soutenant la marquise de l’entresol
Détail de tête de lion soutenant la marquise de l’entresol

Pour accéder à l’ÉTAGE NOBLE ( Piano Nobile ), il faut gravir dix marches pour se retrouver face à deux majestueuses portes de bois situées en plein centre de la maison. Deux  pilastres ( e ) engagés taillés dans la pierre de style "dorique classique" encadrent le portique. Elles soutiennent, à l’aide de consoles, une arche en pierre de même facture que celle décrite précédemment. À gauche de la façade s’élève un oriel ( f ) partant du sol et s’élevant sur toute la facade. De nombreuse fenêtres laissent pénétrer la lumière naturelle  et chose très rare, tous les impostes de ses fenêtres sont encore garnis de leurs vitraux ( g ).  Finalement une corniche également de pierre sépare le dernier étage d’un attique ( h ) postiche  qui à gauche met en évidence  l’oriel en épousant la forme d’un fronton.

a-Piano Nobile : Terme italien désignant LE BEL ÉTAGE , généralement situé au premier étage. C’est là que l’on retrouve les pièces de réception. On y accède toujours par un escalier extérieur.

b- Boucharde : marteau de tailleur de pierre avec deux têtes dotées de pointes de diamant.
Bouchardé : travaillé à la boucharde

c-Marquise : auvent généralement vitré au-dessus d’une entrée, d’un perron soutenue par des chaînes.

d- Arc en anse de panier : arc dont la courbe surbaissé a la forme d’une demi-éllipse.

e- Pilastre : pilier aux pans carré rappelant la colonne. (très utilisé à Montréal)

f- Oriel : ouvrage vitré en générale en surplomb, formant avant-corps sur la hauteur de plusieurs étages; fenêtre en encorbellement qui fait saillie dans la surface.(généralement confondu avec le »Bay- window ».

g- Vitrail : panneau constitué de morceaux de verre colorés, assemblé pour former une décoration,

h- Attique : couronnement horizontal décoratif, ou petit étage terminal d’une construction, placé au-dessus d’une corniche ou d’une frise importante.