Précédent

Retour
Suivant
Bardorf & Lanthier 1694
Bardorf & Lanthier 1694
 

Maison : Bardorf & Lanthier  1er partie  1898, agrandissement vers 1912
1694 Boulevard Pie IX

La chaîne de  titres :

16 octobre 1895
Notaire : Victor Marin
Vendeur : Élie Mayer
Acquéreur : Arthur Caron, agent d’immeuble
Achat de quelques  lots de terre

22 février 1898
Notaire : Victor Marin
Vendeur : Arthur Caron
Acquéreur : Charles F. Bardorf, chimiste  résidant au 521 Pie IX   à Maisonneuve
Achat de deux lots de terre
Prix de la vente : $2020.50

01 mars 1898
Demande par : Arthur Caron, agent d’immeuble  rue St François Xavier,  à la Ville de Maisonneuve  de l’alignement de la rue Pie IX près de la rue Lafontaine

31 mai 1910
Notaire : Louis Batthelémi Houle
Vendeur : Charles F. Bardorf,  chimiste
Acquéreur : Dame Marie Louise Lanthier, épouse de Jean A. Décarie, agent assurance
Achat d’une maison

10 octobre 1940
Notaire : Joseph Théophile Legault
Vendeur : Dame Marie Louise Lanthier, épouse de Jean A. Décarie, agent assurance
Acquéreur : Dr. Lucien Amyot, médecin  résidant au 4200 rue Adam
Achat d’une maison portant le # 1694 Boul. Pie IX
Prix de la vente : $8300.00


Avant de se faire bâtir, Charles Bardorf, résidait dans une jolie maison de style Queen Anne (1880 -1900) située tout juste au nord de la rue Lafontaine ; cette jolie maison construit pour le sénateur Alphonse Desjardins fût pourtant  démolie en 1921 pour être remplacée par une maison plus imposante (voir : rue Pie IX, maison J.Oscar Hamel) .

Au moment où il fit construire cette maison-ci (1694 rue Pie IX), les maisons environnantes appartenaient toutes à la famille Desjardins.

La maison de 1898 n’avait ni l’apparence d’aujourd’hui ni  les mêmes  dimensions. Charles Bardorf fit construire une maison sobre aux dimensions respectables de 8 mètres sur 13 mètres  avec fondation de pierre, charpente de bois lambrissée de briques d’argile. Elle devait ressembler à l’une ou l’autre  des deux  photographies ci-dessous : la première  avec un toit en fausse mansarde recouvert de tuiles d’ardoise  ou encore, la deuxième avec une corniche (a) de bois.

Voici ce à quoi pouvait  ressembler la maison en 1898

Bardorf & Lanthier 1694 Bardorf & Lanthier 1694

La photographie de gauche dans un style Victorien et celle de droite plus sobre dans un style Édouardien.

 C’est Madame Marie Louise Lanthier, dont la famille possédait la manufacture de chaussure « KINGSBURY FOOTWEAR » qui, à peine quelques années après avoir acquis la maison, se sentant un peu à l’étroit, décida qu’il était impératif d’agrandir sa propriété. Surtout qu’il y avait sur la rue Pie IX de belles et  grandes propriétés construites au cours de la dernière décennie. On décida rien de moins que de doubler sa superficie sur la façade du côté sud en portant ses dimensions à 16 mètres sur 13. Puisque l’on n’était plus au XIXe siècle, la nouvelle partie serait sur des fondations de béton. L’apparence extérieure ne serait plus asymétrique mais allait devenir symétrique. La porte principale de l’ancienne maison serait   transformée en fenêtre et la nouvelle entrée, elle, serait dans la nouvelle partie de gauche. Un porche (b) monumental, soutenu par des colonnes  (c)  doriques classiques, contribuerait à harmoniser les deux parties de la maison et du même coup, à favoriser sa nouvelle symétrie; car il ne faut pas oublier que la nouvelle entrée n’est pas au centre de la façade.

 Pour couronner le tout, la mode demandait un peu d’imagination : on opta pour un parapet (d) dont les deux oriels (e) seraient terminés par des arcs surbaissés à redent. Pour égayer la sobriété générale de  la maison, une fine corniche de briques vernissées blanches ceinturerait la façade et quelques éléments décoratifs, faits avec cette même brique vernissée, s’ajouteraient pour embellir l’attique (f).

Cette maison a bien traversé le siècle, il faut en  remercier M. Jean Guy Poulin, son propriétaire actuel qui au court des dernières années a contribué à sauvegarder l’intégrité de cette maison.

a- Corniche : partie saillante qui couronne un édifice; par extension ornement en saillie d’un meuble d’un  plafond.

b- Porche : construction formant avant-corps d’un bâtiment  et abritant la porte d’entrée.

c- Colonne : support vertical constitué d’un fût de section circulaire et généralement d’une base et d’un  chapiteau.

d- Parapet : mur plein à hauteur d’appui, formant garde-fou

e- Oriel : ouvrage vitré en général en surplomb, formant avant-corps sur la
hauteur de plusieurs étages;   fenêtre en encorbellement qui fait saillie dans la surface. (généralement confondue avec le « Bay- window »).

f- Attique : couronnement horizontal décoratif, ou petit étage terminal d’une construction placé au-dessus  d’une corniche ou d’une frise importante.