Précédent

Retour
Suivant
Oscar Meunier 1424-1434
Oscar Meunier 1424-1434
 

Maison :Stanislas Eudore Meunier 1911
1424-1432 Boul.  Pie IX

Chaînage des titres :

01 mai 1906
Notaire : Raoul Dumouchel
Donatrice : Dame Zaïde Paré, épouse du Dr. Édouard Desjardins
Acquéreurs : Dame Joséphine Desjardins, épouse de Achille Daigle
                        & Mlle. Cécile Desjardins, fille majeure
Donation de quelques lots de terre et de parties indivises de lots

09 mars 1911
Notaire : Raoul Dumouchel
Vendeurs : : Dame Joséphine Desjardins, épouse de Achille Daigle
                        & Mlle. Cécile Desjardins, fille majeure
Acquéreur : Stanislas Eudore Meunier, avocat & député greffier
Achat de deux lots de terre sans maison
Prix de la vente : $2000.00
Il est stipulé que «  Dame Zaïde Paré donne main levée de l’hypothèque qu’elle détiens sur les deux parties des lots. »

31 mars 1911
Notaire : Raoul Dumouchel
Vendeurs : : Dame Joséphine Desjardins, épouse de Achille Daigle
                        & Mlle. Cécile Desjardins, fille majeure
Acquéreur : Stanislas Eudore Meunier, avocat & député greffier
Achat d’un lot de terre partie nord
Prix de la vente : $2000.00

17 juillet 1913
Notaire : Joseph Théophile Legault
Vendeur : Stanislas Eudore Meunier, avocat & député greffier
Acquéreur : Oscar Barthélemy Meunier, manufacturier de Maisonneuve
Donation d’un lot de terre partie sud

22 février 1915
Notaire : Wilfrid Proux
Locateur : : Oscar Barthélemy Meunier
Locataires : LA COMPAGNIE DE JOUET & NOUVEAUTÉ
Représenté par : A. Thibeault , président & P. Bruyère , directeur

25 avril 1927
Notaire : Joseph Théophile Legault
Vendeur : Oscar Barthélemy Meunier,  manufacturier de Montréal
Acquéreur : Joseph Eusèbe Voyer, manufacturier de Montréal
Achat d’une maison avec cinq logements , une manufacture à l’arrière et un garage
Prix de la vente : $14,000.00

 

 

S'il y a une chose dont nous pouvons être certains c'est que le notaire Dumouchel devait bien connaître ces terrains en 1912 pour avoir signé tous les actes de vente précédents  sur ces lots de terre.

Cette maison est, à ma connaissance, la dernière à avoir été bâtie avec un toit fausse mansarde (a ) car à Maisonneuve de-même qu’à Montréal les toutes dernières maisons à se construire avec une  pareille  toiture datent de 1904. Ce style de toiture, recouverte de tuiles en fer blanc, est en effet très présent entre 1870 & 1900 . Ces tuiles étaient d'ailleurs davantage utilisées pour le recouvrement des dômes, pavillons de toiture, ou clochetons mais rarement pour les brisis ( b ) .La raison de ce retard architectural s'explique peut-être par le fait que la personne qui fît bâtir la maison était l’avocat S.E. Meunier, celui la-même qui avec son frère s'était chargé en 1904 de la construction de l’édifice situé sur la rue Ste-Catherine, coin Pie IX ( Meunier & Meunier ). Nous pouvons dès lors supposer que, faisant appel au même architecte, il lui a demandé de reproduire certaines similitudes d'avec la première. En observant les deux maisons simultanément de l’autre côté de la rue, la ressemblance des lucarnes et du brisis devient alors frappante.

Le fait qu'elle soit complètement détachée de ses voisines lui donne plus d’importance et sa symétrie aussi lui confère plus d’élégance. L’utilisation  de la brique d'argile plutôt que la pierre lui donne en revanche un aspect modeste.

Actuellement au premier étage une seule porte extérieure donne accès aux quatre logements, soit deux logements au premier et deux au second. À l’origine deux escaliers de chaque côté montaient à l’étage. Face à ces escaliers se trouvaient les portes permettant d'accéder aux logements du premier. Quant à la porte centrale, elle servait uniquement pour les deux logements du dernier étage. Ces deux escaliers ajoutaient  sûrement à la symétrie de l’ensemble.

a- Mansarde : comble brisé à quatre pans.
    Mansardé : disposé en mansarde.

b- Brisis : versant inférieur d’un toit.