Précédent

Retour
Suivant
Joe Trudel 4934
Joe Trudel 4934
 

Maison Joseph Trudel  1908
4934 rue Adam

Chaînage de Titres :

25 Septembre 1908
Notaire :René Leroux
Vendeur : succession Charles T. Viau
Acquéreur :Joseph Trudel  entrepreneur en construction  de  Viauville
Achat de deux lots  de terre
 prix de la vente : $1175.00

 

30 octobre 1913                        Vente de la maison arrière  donnant sur la rue Viau
Notaire : Joseph Louis Coutlée
Vendeur :Joseph Trudel entrepreneur à Viauville
Acquéreur :Adélard Chartrant  teneur de livres résidant à Viauville
Une maison « cottage » & dépendances sus érigées.
Prix de la vente : $4000.00

 

03 novembre 1921                    vente de la maison principale rue Adam
Notaire :Joseph Théophile Legault
Vendeur : Joseph Trudel  bourgeois de Montréal
Acquéreur : Napoléon Dufresne, résidant à  Montréal
Maison de deux étages portant le  24 rue Adam
Prix de la vente : $10,000.00

 

Joseph Trudel, qui avait commencé dans le métier comme simple charpentier et devint rapidement l’un des plus prolifiques entrepreneurs dans Viauville, était au début du XXe siècle un prospère  entrepreneur en construction. Il construisit plus d’une cinquantaine de maisons entre les années 1901-1910 et ce uniquement à Viauville. Malheureusement aujourd'hui nombre de ses plus belles réalisations ont été démolies entre 1971-1972 pour faire place à la future l’autoroute est-ouest,( Voir archive J.P. Savard ). Quelques-une d’entre-elles ont eu la chance d’échapper au pique du démolisseur , mais elles ont perdu leur éclat de jeunesse. Reste cependant l’alignement de duplex sur la rue Leclaire entre les rues Ste Catherine & Notre Dame du côté est; cette portion de la rue a en effet été entièrement bâtie par Joseph Trudel en 1901. A remarquer tout particulièrement la maison ( Alexandre Vaillancourt  au 553-555 rue Leclaire ) qui subit actuellement une cure de rajeunissement avec beaucoup de soin, et qui demeure le dernier témoin de l'éclat de cette rue au début du siècle dernier.

Maison Alexandre Michaud
Maison Alexandre Michaud sur la rue Notre Dame entre Théodore & Leclaire. Entrepreneur : Joseph Trudel . 1901

Photographe : Harry Richards  1910
A.H.H.M.

Napoléon Dufresne était le premier vice-président de l’une des plus importantes manufactures de chaussures de Maisonneuve : «KINGSBURY FOOT WEAR. Co » située sur la rue Lasalle au nord de la rue Ontario. Il était secondé par son frère François Xavier, tous deux résidaient dans l’une des plus impressionnantes maisons de Maisonneuve, sur la rue Pie IX au sud de la rue Ontario. Cette portion de la rue avait la particularité d’abriter la plus grande concentration de dirigeants et propriétaires de manufactures de chaussures  de  toute la région de Montréal.

Quand les frères Napoléon & François Xavier  s’en départirent en 1921, elle servit de Loge pour les Chevaliers de Colomb de Maisonneuve puis fût finalement vendue et démolie pour faire place à l’actuel  «Centre Hospitalier  Notre Dame de Lourdes »

Maison Napoléon Dufresne
Maison Napoléon Dufresne, rue Pie IX au sud de la rue Ontario
Photographe : Harry Richards  1910
Archive: A.H.H.M.

Pour sa résidence, Joseph Trudel privilégia un beau cottage de style« Édouardien d’inspiration Renouveau Classique Anglais», se démarquant ainsi de tous les modèles victoriens qu'il avait bâtis précédemment.
Ce modèle, que l'on retrouve dans les grandes villes de la Nouvelle Angleterre, était également très en vogue dans les grandes villes d’Angleterre d’où il prend sa source. La seule différence étant que, en Amérique,  il est généralement lambrissé de brique d’argile façon « Georgienne ».

Il est étrange de voir que cet entrepreneur en construction chevronné n'a pas choisi d'harmoniser le côté de sa résidence avec la façade. Ce terrain constituait en effet un emplacement de choix puisqu'il avait vue autant sur la rue Adam que sur la rue Viau, deux artères qui à l’époque, étaient aussi importantes l’une que l’autre. La seule  raison,  il me semble, pour laquelle il décida de lambrisser uniquement sa façade de pierre est sans doute le coût d’une pierre de taille lisse, beaucoup plus  onéreuse  qu’une pierre bossée ( a ). La municipalité à l’époque ne lui laissait pas le choix pour le recouvrement de la façade mais lui permettait cependant de lambrisser les autres côtés avec de la brique. 

Sept marches de pierre nous mènent à l’entrée principale. Le splendide  porche  ( b ) est constitué de  quatre   colonnes ( c ) « dont deux engagées» qui supportent un entablement ( d  )  surmonté d’un fronton ( e  ) triangulaire. Une jolie balustrade en fer forgé à motif de crosse d’évêque rehausse et ceinture l’ensemble.

Le haut de toutes les fenêtres est garni de vitraux ( f )à motif d’arc brisé. Il est agréable de constater qu’il n’en manque aucun.

La corniche ( g ) soutenue par des consoles ( h ) et entrecoupée de rosettes parcourt la façade et le côté de la maison. C’est le seul élément qui fait un lien entre la façade et le côté de cette maison.

La couleur actuelle des ouvertures du porche et de la corniche est des plus réussie! De tous les documents d’archive consultés ou nous pouvons admirer cette maison, c’est sûrement la plus sobre et la plus harmonieuse combinaison qu’elle ait eue en un siècle.

a- Pierre bossée : pierre au fini rugueux. (très utilisé à Montréal)

b- Porche : construction formant avant-corps d’un bâtiment  et abritant la porte d’entrée

c- Colonne : support vertical constitué d’un fût de section circulaire et généralement d’une base et d’un chapiteau.
Colonne engagée : colonne partiellement intégrée dans un mur.

d- Entablement : ensemble horizontal supporté directement sur des colonnes  comprenant les parties suivantes  : architrave, frise et corniche.

e- Fronton : couronnement d’un édifice ou d’en partie d’édifice consistant en deux éléments de corniche obliques, ou d’ une corniche courbe, se raccordant à la corniche de l’entablement.

f- Vitrail : panneau constitué de morceaux de verre colorés, assemblé pour former une décoration,

g- Corniche : partie saillante qui couronne un édifice; par extension ornement en saillie d’un meuble d’un plafond.

h- Console : organe en saillie sur un mur destiné à porté une charge(réelle ou figurée)

i- Rosette : ornement circulaire, en forme de rose.