Précédent

Retour
Suivant
Louis Dubuc 4840-4846
Louis Dubuc 4840-4846
 

Maison Louis Dubuc  1907
Rue Adam

 

Chaînage des titres :

04 décembre 1900
Notaire : Valmore Lamarche
Vendeur : Succession Charles Théodore Viau
Acquéreur : Napoléon Rochon,  comptable de Montréal
Deux terrains situés sur la rue Adam

22 novembre 1906
Notaire : J.R. François Beaudry
Vendeur : Napoléon Rochon,  comptable de Montréal
Acquéreur : Louis Dubuc, bourgeois de Maisonneuve
Prix de la vente : $1400.00

02 juin 1910
Notaire : J.R. François Beaudry
Donateur : Louis Dubuc, bourgeois de Maisonneuve
Acquéreur :son fils, Louis Alexandre Dubuc  prêtre

14 novembre 1910
Notaire : J.R. François Beaudry
Vendeur : Louis Alexandre Dubuc  prêtre
Acquéreur : Ovila Lusignan,  mécanicien de Maisonneuve
Prix de la vente : $7250.00

 

Cette maison de deux étages, comportant quatre logements, est très bien située face au couvent Ste Émilie et tout près de l’église St Clément. Avec ses voisines, elle forme un tissu urbain homogène par sa hauteur et sa façade de pierre.

Cette maison fût la dernière à être bâtie sur cette portion de la rue Adam et elle fût aussi la dernière du même groupe. Les maisons sur la rue St Clément furent construites respectivement en 1905 & 1906 par le curé  Louis Alexandre. Dubuc et à l’origine elles étaient identiques à  celle-ci.

Le plus remarquable sur cette maison ce sont évidemment les deux splendides dômes qui coiffent les balcons. Ses dômes sophistiqués sont  recouverts de bardeau à motif d’écailles de poisson en fer blanc. Actuellement, ils semblent tenir sur peu de chose, mais à l’origine, de beaux montants de bois tournés les supportaient et étaient enjolivés d’une rampe à balustrade(a) également de bois. Sous ses dômes, une jolie dentelle de bois d’inspiration Queen Ann, (1880-1900) complétait le tout en donnant plus d’importance encore à l’ensemble.

La toiture à fausse mansarde (b) habillée de tuiles d’ardoise dont certaines en écailles de poisson rouge & verte  termine d’une façon élégante cette maison.
Un fait à remarquer sur cette toiture, elle fût l’une des dernières à être construite de cette manière. Déjà à cette période, la toiture fausse mansarde n’était plus utilisée, la corniche  de fer blanc était généralisée et moins onéreuse à construire.

a- Balustrade : rangée de balustres portant une table d’appui; toute clôturée à hauteur d’appui et ajourée

b- Toit mansardé : toit disposé en mansarde