Précédent

Retour
Suivant
Trefflé Bleau 4797
Trefflé Bleau 4797
 

Maison Trefflé Bleau 1906
4785 à 4789 rue Adam

Chaînage des titres :

03 août 1903
Notaire : René Leroux
Vendeur : Succession Charles Théodore Viau
Acquéreur : Olivier Goyette,  boucher de Maisonneuve

20 avril 1903
Permis est accordé à Olivier Goyette de bâtir sur le lot 1a-872

23 octobre 1905
Notaire : Joseph Eugénie Desrochers
Vendeur : Olivier Goyette
Acquéreur : Trefflé Bleau,  boucher de Maisonneuve
Achat de deux lots de terre
Prix de la vente : $1300.00

23 avril 1906
Permis est accordé à Trefflé Bleau de bâtir sur les lot 1a-871&872

10 janvier 1914
Notaire : Adrien Lafontaine
Vendeur : Trefflé Bleau,  bourgeois domicilié au 75 rue Adam Maisonneuve
Acquéreur : George J. Jarjour,  marchand domicilié 379 Notre-Dame Maisonneuve
Prix de la vente : $14.000.00
Acte notarié stipule que ledit logement est actuellement occupé par le Sieur Trefflé Bleau et il devra quitter le 1er mai prochain (1914)

La lecture du chaînage des titres fait ressortir un fait intéressant : le boucher Olivier Goyette a obtenu un permis de construction en 1903 mais il a mis 1906 comme date de construction ! Pourquoi ? seriez-vous en droit de me demander. Cette question je me la pose encore actuellement, mais au file de mes recherches je n’ai pourtant trouvé aucun autre document qui laisse penser que Olivier Goyette ait effectivement fait bâtir cette maison. Peut-être a-t-il fait bâtir une maison sur le lot de droite ? C'est fort possible en vérité car cette maison est bien assise sur les deux lots que Trefflé Bleau a achetés en 1905. Il est d'ailleurs intéressant d’apprendre aussi que Bleau avait acheté en 1907 les deux autres terrains situés à droite  jusqu'à la rue Théodore, et qu'il  les revendit au mois d’octobre 1909.

Autre fait intéressant à noter, quand cette maison fût bâtie elle n’avait pas non plus cette dimension :  la partie de gauche derrière l’escalier fût construite ultérieurement; en comparant la pierre et la corniche de métal, on constate facilement que même si le tout paraît homogène, ils présentent malgré tout une légère différence.

À l’origine cette maison était non pas un triplex comme aujourd’hui mais un cottage détaché des quatre côtés. C’était la deuxième maison après celle de  Paul Lamoureux en 1903 sur la rue Théodore à se construire dans ce quadrilatère. Il est fort probable que son propriétaire pensait que tous ses futurs voisins se feraient éventuellement bâtir de beaux cottages bordés de jardin tout autour comme la sienne.

Photo #30
Photographie modifiée illustrant le cottage vers 1907
Photographie modifiée illustrant le cottage vers 1907

Trefflé Bleu n’était pas un inconnu à cette époque, il provenait de l’une des familles les plus anciennes à s’être établie dans les environs. Son père possédait déjà en 1872 un grand terrain qui est délimité aujourd'hui par les rues Notre-Dame & Ste-Catherine, Pie-IX & Desjardins.

Son frère Eugène et lui étaient tous deux bouchers et possédaient chacun une boucherie sur la rue Notre-Dame, l'une à côté de l'autre ! Il est vrai qu'ils ne devaient pas craindre la compétition!

Trefflé Bleau constitua l'un des instigateurs de la nouvelle ville Maisonneuve avec Barsalou, Desjardins, Letourneux et Viau. Il fût non seulement l’un des premiers échevins de la ville et siégea comme commissaire scolaire de Maisonneuve, mais compta aussi au nombre des quatre syndiques avec le Notaire M.G. Écrement, le comptable William Richer et l’industriel Hector Desjardins qui supervisaient  la construction de l’église Très Saint Nom de Jésus. Et enfin, il est important de le souligner, il fût Maire de Maisonneuve à deux reprises.

Nous retrouvons son nom ainsi que celui de son frère Eugène dans différents actes notariés comme prêteurs hypothécaires, cela n’est pas surprenant car, il faut le rappeler, à l’époque c’était souvent des marchands mais  aussi des veuves qui prêtaient de l’argent.

Côté architecture, c’est l’une des rares maisons de Viauville dont la façade est lambrissée dans sa totalité de pierre bouchardée (a). Généralement cette taille de pierre n’est utilisée que pour le chaînage ou encore les embrasures de portes & fenêtres. À l’origine, comme je l’ai mentionné plus haut, c’était une maison unifamiliale dépourvue d'escalier extérieur. La grande galerie supportée par quatre colonnes (b) toscanes était pourvue d’un petit fronton (c) au dessus de l’entrée. Cette maison possédait une symétrie parfaite par rapport à l’entrée principale.

Quand le propriétaire ultérieur décida de poursuivre sa façade jusqu'à celle de la voisine de gauche et d’aménager deux logements à l’étage, fort est de constater que le travail fût très bien accompli et il faut regarder attentivement avant de déceler la présence de cette rallonge. 

a- Pierre bouchardée : pierre travaillée avec un marteau ou rouleau armé de pointe appelé boucharde.

b- Colonne : support verticale constitué d’un fût de section circulaire et généralement d’une base et d’un chapiteau.

c- Fronton : couronnement d’un édifice ou d’en partie d’édifice consistant en deux éléments de corniche obliques, ou d’ une corniche courbe, se raccordant à la corniche de l’entablement.