Précédent

Retour
Suivant
Camille l’Heureux 4780-4790
Camille l’Heureux 4780-4790
 

Maison : Camille L’Heureux   1908
Architecte : Charles Aimé Reeves

Chaînage des titres :

19 octobre 1903
Notaire : William Henry Edge
Vendeur: Napoléon Deslauriers,  bourgeois
Acquéreur : Jules Aimé Maucotel,  député d’Hochelaga domicilié  au #335 ave Mont-Royal
Achat de dix  lots de terre tous situé sur la rue Adam
Prix de la vente : $6100.00

25 Janvier 1907
Notaire René Leroux
Vendeur : Jules Aimé Maucotel
Acquéreur : Eugène Bernier: bourgeois, domicilié au # 65 rue Lafontaine
Achat de quelques lots de terre dont certain dans le village de Longue pointe

 

02 juin 1908
Notaire : Camille Paquet
Vendeur : Eugène Bernier,  bourgeois de Viauville
Acquéreur : Camille L’Heureux, marchand & tailleur de Viauville
Achat de deux lots de terre sans maison
Prix de la vente : $1350.00

08 décembre 1908
Notaire : René Leroux
Emprunteur : Camille L’Heureux
Prêteur : succession Charles T. Viau
La somme de : 4000.00 à 10%
Donne en garanti cette maison sur la rue Adam

05 novembre 1914
Notaire : J. Albert Savignar
Vendeur : Camille L’Heureux, marchand & tailleur de Viauville
Acquéreur : Anthonin Charbonneau,  médecin de New York   N.Y
Achat d’une maison avec système de chauffage centrale et électricité.
Prix de la vente : $10,000.00

 

 Cette maison de M. Camille L’Heureux fût sa troisième maison bâtit par Charles A. Reeves, architecte.  Au même moment, Charles A. Reeves faisait bâtir sa résidence tout juste à l’arrière de celle de Camille L’Heureux. Pendant la construction de ces deux maisons, l’architecte résidait dans une maison appartenant à M. L’Heureux, sûrement pour vérifier le chantier de construction. La première fût bâtie en 1900 sur la rue Notre-Dame au coin de la rue Letourneux.  La deuxième, toujours existante, est située sur la rue Théodore au sud de la rue Ste-Catherine (Maison Camille L’Heureux 1904). Selon moi cette maison ne fût pas la dernière que Charles A. Reeves dessina pour  Camille L'Heureux.  Quand ce dernier vendit cette maison en 1914 il y resta locataire jusqu’en 1915. Après cette date, il aménagea dans un appartement sur la rue Leclaire qu’il louait à Alfred Leclaire. Par la suite, il déménagea  sur la rue Ste-Catherine au coin de la rue Lasalle, son appartement était à l’étage et sa boutique au rez-de-chaussée.

Dans Viauville en 1908 la rue Adam état déjà bien construite, c’était donc un bon emplacement pour y  vivre; peu de chantier de construction, rue pavée et les arbres bordaient déjà la rue. Cette maison ressemble à celles que dessina l’architecte pendant cette période, et elle avait tout le confort que pouvait désirer  les propriétaires : chauffage centrale à l’eau, salle de bain avec eau courante et même l’éclairage à l’électricité.

Cette maison comme la majorité d’entre elles est construite avec une structure de bois sur fondation de pierre. Les côtés et l’arrière sont lambrissés de brique, seul la façade est lambrissée de pierre.  Les balcons sont toujours ornés de colonnes (a) Toscane, un fait rare de nos jours. À ma connaissance c’est la seule maison de cet architecte qui possède encore ses colonnes. Plusieurs maisons que Reeves dessina  avaient des colonnes semblable à celles-ci, nous pouvons voir actuellement les traces qu’elles ont laissées sur la pierre (Maisons : Joseph L’Heureux, Charles Reeves etc.)  Comme nous pouvons le constater sur cette maison, le fait d’avoir préservé ces colonnes donne un aspect tridimensionnel à l’ensemble de la façade. Si elles avaient été remplacés par une structure en fer comme dans c'est le cas trop souvent, le charme aurait été rompu. Il est très possible que la maison de gauche construite elle aussi en même temps ait eue en son temps de telles colonnes plutôt que les pilastres (b) actuel. Une jolie corniche (c) en tôle ouvragée termine élégamment ce bâtiment.

 

a- Colonne : support vertical constitué d’un fût de section circulaire et généralement d’une base et d’un chapiteau 
   .

b- Pilastre : pilier aux pans carré rappelant la colonne. (Très utilisé à Montréal)

c- Corniche : partie saillante qui couronne un édifice; par extension ornement en saillie d’un meuble d’un plafond