Précédent

Retour
Suivant
Alfred Leclaire 4730-4742
Alfred Leclaire 4730-4742
 

Maisons Alfred Leclaire 1922
4730-4742 rue Adam angle Leclaire

La chaîne de titres :

22 août 1898
Notaire : Joseph Louis Coutlée
Vendeur : Charles T. Viau
Acquéreur : Eusèbe Lalumière

09 janvier 1922
Notaire :Romulus Lavallée
Vendeur :Eusèbe Lalumière, bourgeois résidant au Texas
Acquéreur : Alfred Leclaire entrepreneur en construction résidant
                   au 188  4e avenue à Viauville 
 Achat d’un emplacement sud ouest de la rue Adam & 4e ave
 Prix de la vente : $7000.00

14 juillet 1922
Notaire  :Romulus Lavallée
Prêteur : « Trust & Loan Compagny of Canada »
Emprunteur: Alfred Leclaire entrepreneur en construction
Donne en garantie une maison  dont les numéraux civique sont : 112 à 120  & 160 à 168 rue  Adam coin Leclaire à Montréal
La somme de : $30000.00
La somme de : $10000,00 à Michel Déry
La somme de : $3000.00 à Dame Ulric Forget

07 août 1924
Notaire : Joseph Arthur Couture
Prêteur : Romulus Lavallée,  Notaire
Emprunteur: Alfred Leclaire entrepreneur en construction
La somme de $3300.00 à 7%
Laisse en garantie un emplacement sud ouest  Adam & Leclaire

23 octobre 1928
Notaire : Robert Déry
Prêteur : : Romulus Lavallée , Notaire
Emprunteur: Alfred Leclaire entrepreneur en construction
La somme de : $ 2200.00  7%
                       
28 mars 1929
Notaire : Ovila Tétreault
Prêteur : : Romulus Lavallée , Notaire
Emprunteur: Alfred Leclaire entrepreneur en construction
La somme de : $ 1300.00  7%

28 Mai 1929
Notaire :Ovila Tétrault
Vendeur : Alfred Leclaire
Acquéreur : Romulus Lavallée,  Notaire
Prix de la vente : $1.00

29 décembre 1950
Notaire :Antoine Boileau
Vendeur : : Romulus Lavallée , notaire résidant 4744 Adam
Acquéreurs :Raymond Lavallée ,employé civique & Roland Lavallée ,commis
Prix de la vente : $35500.00
« Romulus Lavallé se garde le privilège et le droit d’occuper le logement chauffé qu’il habite actuellement avec son épouse,  leurs vie durant, à raison de $40.00 par mois. »


L’entrepreneur en construction, Alfred Leclaire, fut assez actif dans le premier quart de XXe siècle et même si la majorité des maisons à Maisonneuve était déjà construite, il érigeât nombre de maisons sur  les rues Théodore et Leclaire entre les rues Lafontaine et Rouen.

Cependant, ce n’est pas comme grand entrepreneur qu’il laissa son nom à une rue mais en tant qu’échevin du quartier à l’Hôtel de Ville de Montréal.

Échevin Alfred Leclaire
Échevin Alfred Leclaire

photographe inconnu
A.H.H.M.

C'est en lisant la chaîne de titres relatant les nombreuses sommes d'argent empruntées à diverses personnes entre 1922 et 1929 que l'on comprend pourquoi Alfred Leclaire, alors en difficultés financières, dût se résoudre, pour éviter la faillite, à vendre ses deux maisons de la rue Adam à l’un de ses débiteurs,  le Notaire Romulus Lavallée. pour la somme de $1.00. Celui-ci fit probablement la meilleure affaire de sa vie en achetant 2 maisons à un prix même à l'époque, considéré comme dérisoire !

Ce Notaire n’était pourtant pas mal logé non plus. Il résidait face à l’église St Clément dans un Cottage que la famille Viau avait fait bâtir ( voir : rue Adam, maison Viau ). Il avait acquis ce Cottage à l’été 1914 et s’en départit uniquement en 1933. Il ne perdra cependant pas de temps à aménager dans cette maison-ci puisque nous le retrouvons dès l’année de l’achat , soit en 1929 . Même si en 1950, il vend sa maison à ses deux fils, il tient à conserver son logement moyennant  la somme de $40.00 mensuellement. Nul doute que c'était un  homme d’affaire assez  avisé!

Ces deux maisons, puisqu’il s’agit de deux maisons distinctes, sont des plus connues, admirées, et des mieux conservées de Maisonneuve. Peu de "malheureux" changements y furent apportés pendant les décennies précédentes. Si nous regardons la prochaine photographie prise vers 1976, nous constatons que seul le jardin d’hiver qui lie les deux maisons a subi des changements au niveau de sa fenestration.

Maison est de Alfred Leclaire
Maison est de Alfred Leclaire
Photographes et année inconnus
A.H.H.M.

Pour la description concentrons nous particulièrement sur la maison qui épouse le coin des rues Adam et Leclaire, d'une part parce qu'elle est de taille plus considérable que l'autre et d'autre part parce que c’est elle qui servit de résidence à ses deux premiers propriétaires.

Comme la majorité des maisons de Viauville, seule la façade fût lambrissée de pierre calcaire bouchardée ( a ) laissant le mur du côté en brique (  striée rustique brune ) très en vogue à partir de 1920. Sa façade symétrique n’est pas étrangère à la fascination qu’elle provoque chez le badaud. En plein centre de cette  façade orne une loggia ( b ) à arc en anse de panier ( c  ) qui sert à accueillir les portes d’entrées pour les appartements des étages. L’abondante fenestration permet à la lumière naturelle de pénétrer profondément à l’intérieur des multiples pièces des appartements. Il faut remarquer les beaux vitraux ( d ) qui ornent le haut de toutes les fenêtres. Ses balcons sont supportés par de belles colonnes ( e ) toscanes. Notez aussi que celui du rez-de-chaussée parcourt non seulement la façade mais aussi le côté de la maison. Cet élément sert de lien d’unification entre la façade et le mur de la rue Leclaire.

Détail du balcon à l’angle arrondi et d’une colonne
Détail du balcon à l’angle arrondi et d’une colonne

La  corniche ( f ) à denticules  s’appuie sur des consoles. Au-dessus de cette corniche, et pour donner plus d’importance à la maison, se trouve un attique ( g ) qui se prolonge  par des frontons pastiches aux formes arquées. Ce détail amplifie l’importance de la symétrie de l’ensemble. 

Pour ce qui est de la maison ouest, elle reprend sensiblement les mêmes éléments architectoniques mais de façon asymétrique . Même si elle est plus modeste que sa voisine,  elle conserve toute son élégance d'antant.  

Avouons qu'il est heureux que ces deux maisons nous soient parvenues dans l’état actuel et surtout félicitons ses propriétaires de les entretenir de la sorte.

a- Pierre bouchardée : pierre travaillée avec un marteau ou rouleau armé de pointe appelé boucharde.
b- Loggia : enfoncement formant un balcon couvert.
c- Arc en anse de panier : arc dont la courbe surbaissé a la forme d’une demi-éllipse.
d- Vitrail : panneau constitué de morceaux de verre colorés, assemblé pour former une décoration,
e- Colonne : support vertical constitué d’un fût de section circulaire et généralement d’une base et d’un chapiteau.
f- Corniche : partie saillante qui couronne un édifice; par extension ornement en saillie d’un meuble d’un plafond.
g- Attique : couronnement horizontal décoratif, ou petit étage terminal d’une construction, placé au-dessus d’une corniche ou d’une frise importante.