Précédent

Retour
Suivant
Télesphore Longpré 4073-4085
Télesphore Longpré 4073-4085
 

Maisons :Télesphore Longpré     1924
4073-4087  rue Adam
Entrepreneurs en Construction : Victor & Henri Bernier

La chaîne de titres :

02 octobre 1922
Notaire : J.A. Cameron
Vendeur :  St-Cyprian Parish
Acquéreur : Gédéon Danis, marchand, résidant au 452 Boul. Pie IX
Achat de deux terrains avec chapelle

01 février 1924
Notaire : Joseph Théophile Legault
Vendeur : Gédéon Danis, marchand,  situé au 2522 rue Ontario est
Acquéreur : Joseph Georges Laurendeau, avocat de la ville de Salaberry de Valleyfield
Achat de quelques  lots de terre
Prix de la vente : 12 500,00 $

01 février 1924
Notaire : Joseph Théophile Legault
Vendeur : Joseph Georges Laurendeau, avocat de la ville de Salaberry de Valleyfield
Acquéreurs : Victor & Henri Bernier, tous deux courtiers d’immeuble, 2574 rue Ontario est
Achat de deux lots de terre
Prix de la vente : 1,00 $
Condition : maintenir les baux actuels

01 mars 1924
Notaire : Louis Joseph Robillard
Vendeurs :  Victor & Henri Bernier, tous deux courtiers d’immeuble, 2574 Ontario est
Acquéreur : Télesphore Longpré, laitier, résidant au 400 Darling à Montréal
Achat de lots de terre
Prix de la vente : 7 000,00 $

20 juin 1925  TESTAMENT
Notaire : Louis Joseph Robillard
Télesphore Longpré : beurrier, demeurant au 2763 Adam
fait de son épouse, Dame Amanda Martineau, sa seule héritière

03 juillet 1925
Notaire : Antonio Brien
Emprunteur :  Télesphore Longpré, laitier
Prêteuse : Dame Rose Délima Robin, veuve de Siméon Martineau
La somme de : 15 000,00 $
Donne en garantie sa maison # 2763 Adam    

17 janvier 1931
Notaire : Joseph Arthur Couture
Prêteur : Prudential Insurance Compagny
Emprunteur : Télesphore Longpré, marchand de beurre, résidant au  4087 rue Adam
Donne en garantie ses trois maisons avec un garage


Le marchand de produits variés, Gédéon Danis acheta la petite  Chapelle St-Cyprian en 1922. Cette chapelle de la communauté Épiscopalienne,  était bâtie à l’arrière de ses terrains;  sa façade très sobre, en brique, donnait sur le Boulevard Pie IX. Ce marchand avait aussi acheté l’année précédente, la résidence de Thomas Dufresne, située  sur le Boulevard Pie IX ( voir catalogue, boul. Pie IX, maison Ralphe Locke ).

L’entreprise des  frères Victor et Henri Bernier, était  dans les années vingt et trente  très prospère. Ils ont construit plusieurs maisons en rangée sur les rues  Bennett, Aird et Lafontaine. C’est  également  eux qui ont construit, en 1932, le pavillon principal du Jardin Botanique de Montréal, dessiné par l’architecte Lucien Kéroack, cousin du frère Marie Victorin

Les frères Bernier ont fait une très bonne affaire en achetant ces terrains puisqu’ils n’ont déboursé que 1,00 $ alors que le vendeur les avait payés  12 500,00 $ le même jour !  La raison de ce prix dérisoire : ils devaient garder et entretenir la chapelle qui était toujours en place et ils ne pouvaient, pour aucune raison, exproprier la paroisse de son lieu de culte.   En  1924, la communauté Épiscopalienne (Anglicane) faisait construire une nouvelle église située au 1675 boulevard Morgan mais pour une raison que j’ignore, elle conserva son ancienne chapelle jusqu’en 1930. Peut-être s’en servait-elle comme école ou comme lieu de rencontre (meeting house)?

En bas à gauche de la mosaïque nous apercevons la première chapelle St Cyprian
En bas à gauche de la mosaïque nous apercevons la première chapelle St Cyprian

Photographe : Harry Richards
Archive : A.H.H.M.

Cette  maison, très bien entretenue,  a  gardé tout le charme d’antan. La brique striée, couleur tabac, utilisée pour  lambrisser la façade et le côté de la maison,  était très populaire à l’époque. Il faut remarquer l’escalier à deux volées qui conduit aux deux balcons des logements aux étages. Les rampes de fer forgé des escaliers et des balcons  ne sont pas d’origine ; elles étaient  plutôt  en bois. Seules, les portes du rez-de-chaussée sont d’origine; leurs vitrages en verre biseauté sous plomb sont remarquables. Finalement, un parapet légèrement  arqué à redent  (a), couronne la maison.

a- Redent  ou redan : ressaut vertical ménagé de distance en distance dans un mur ; ressaut sur une surface

( 1 ) PINARD  Guy  MONTRÉAL son histoire son architecture tome 5 , pages 78 à 87

édition du Méridien 1992